Photo de Robert Pattinson à propos du  film action The Rover et publiée le 20 Mai 2014 à 18:32:26

Actu cinéma sur Guy Pearce, Robert Pattinson, David Michôd, David Cronenberg et sur The Rover.

Par Fabrice Laroche - Publié le dans Actus Cinéma > Films Action The Rover : Robert Pattinson plonge Cannes dans la noirceur, le brutal et le sanglant- Note 0/5 (aucun vote) - 1573 lecteurs.

Partagez et suivez-nous ! Navigation plein écran

Vous devez être inscrit sur Passion Cinema pour créer votre Wishlist*
La Wishlist ?
*Liste d'envies

Après les deux derniers jours qui ont suivi l’ouverture du 69e Festival de Cannes, il est facile de comprendre pourquoi Robert Pattinson est en couverture du magazine "Premiere" avec le titre "La Métamorphose", indique The Wrap.

Les deux films qui ont amené Pattinson sur la Croisette sont bizarres, sombres et extrêmement dérangeants, rien de ce à quoi nous pourrions nous attendre venant d'un acteur qui est devenu célèbre avec le rôle d’un vampire dans la saga "Twilight".

<strong>Robert Pattinson</strong> dans le film Twilight
Robert Pattinson dans le film "Twilight".

Sa réinvention (quand il s'égare dans le monde des films indie) est en effet une réelle métamorphose. Cannes est devenu un accessoire à sa métamorphose fascinante, qui a effectivement commencé quelques années auparavant quand il est venu au festival avec le très austère et artistique film de David Cronenberg, "Cosmopolis".

Il est de retour cette année avec deux long-métrage attendus, "Map to the Stars" de David Cronenberg et The Rover de David Michôd, dont les premières sont programmées à Cannes, dos-à-dos le même jour. Les deux films sont sanglants, brutaux et étranges, et les deux sont géniaux.

Et la chose remarquable est que "Map to the Stars", dans lequel Robert Pattinson joue un chauffeur et aspirant acteur qui finit par avoir des relations sexuelles avec Julianne Moore sur le siège arrière de sa voiture, et cela juste avant que presque tout le monde dans le film ne s'autodétruise de manière spectaculaire, rend la compétition intéressante quant à savoir lequel des deux films de Pattinson, à Cannes cette année, est le plus sombre et plus tranchant.

La couronne du film noir brutal va vraiment à The Rover, un road movie post-apocalyptique brutalement brillant et brillamment brutale qui, passé une narration flippante et rapide, va s'embraser périodiquement dans une violence insoutenable. Personne dans ce film ne reste propre sur lui, mais c’est aussi vrai que personne ne se promène dans un endroit très propre non-plus, soit.

Jacki Weaver dans le film Animal Kingdom
Jacki Weaver dans le film "Animal Kingdom".

Selon The Wrap, ce n'est guère une surprise étant donné que David Michôd faisait irruption sur la scène du festival de Sundance en 2010 avec le drame noir, criminel et provocateur "Animal Kingdom", et qui avait valu à Jacki Weaver une nomination aux Oscars.

The Rover, qui est hors compétition et sera diffusé aux États-Unis par A24 Studios, est plus ambitieux que celui étroitement enroulé autour d’une histoire familiale où l’on tue gaiement en réunion.

Situé dans une époque crasseuse décrite comme "10 ans après l'effondrement", son nouveau film crée une vision d'un futur ravagé dans lequel rien ne brille et où chaque personne que vous rencontrez sera ravi de vous arnaquer, vous voler, vous rendre aveugle ou vous laisser baignant dans une mare de sang.

<em>The Rover</em> : ambiance et decors du tournage
Ambiance et decors du tournage de The Rover.

Un voyageur solitaire joué par Guy Pearce se fait voler sa voiture au début du film et va laisser derrière lui une traînée de cadavres pour la récupérer. Au début de son voyage, il prend un vagabond en stop, Pattinson, un crétin lumineux avec une voix traînante, un sourire abruti et quelques bonnes raisons à lui de faire ce voyage.

Bien sûr, vous ne pouvez pas faire un road movie sur une période post-industrielle, post-catastrophe sauvage en Australie sans convoquer le fantôme de "Mad Max" et son "guerrier de la route".

Mais les films des années 70 et 80 de George Miller avaient de bien meilleures voitures, des tenues plus stylisées et un apport d’action par petit coups réguliers, alors que David Michôd n'a pas peur de faire grimper la tension avec de longues étendues désertiques où peu de choses se passe, jusqu’à ce que...

Guy Pearce est un excellent point d'ancrage pour ce voyage en colère à travers un paysage aride et vicieux, mais nous savions déjà qu'il le serait.

Mais Pattinson, que Cronenberg semblait parfois utiliser en particulier parce que reflétant une certaine blancheur, notamment dans "Cosmopolis", obtient enfin un rôle étrange et charnue et à l’air de savoir quoi en faire.

<strong>Robert Pattinson</strong> dans le film Cosmopolis
Robert Pattinson dans le film "Cosmopolis".

Alors que The Rover jouait à un jeu de piste à Cannes lundi après-midi où des vents violents ont secoué les toiles et des panneaux qui composent une partie de la soixantième séance de projection, c'était comme si le bâtiment était sur ??le point de s’effondrer, rejoignant l’ambiance du film d’une manière appropriée, si cela avait été cas.

Source : TheWrap.com

Sur Twitter : @TheRoverMovie, #TheRover

Partagez et suivez-nous ! Navigation plein écran

Vous devez être inscrit sur Passion Cinema pour créer votre Wishlist*
La Wishlist ?
*Liste d'envies

Note des lecteurs : 0/5

Entre nous, vous en pensez quoi ? Cool, c'est bon à savoir ! Bof...on peut s’en passer

Commentaires

Envie de réagir ?

Inscrivez-vous pour laisser un commentaire...

Les dernières actus

 
Replier le menu
Afficher les dernières news
haut de page haut de page accueil

Identifiez-vous sur Passion Cinema

Créez un compteIdentifiants perdus