Photo de Laura Poitras à propos du  film drame Citizenfour et publiée le 02 Mars 2015 à 13:18:34

Actu cinéma sur Edward Snowden, Laura Poitras et sur Citizenfour.

Par Fabrice Laroche - Publié le dans Actus Cinéma > Films Drame Citizenfour : Laura Poitras a vu sa vie transformée en roman d'espionnage- Note 5/5 sur 1 vote - 1100 lecteurs.

Partagez et suivez-nous ! Navigation plein écran

Vous devez être inscrit sur Passion Cinema pour créer votre Wishlist*
La Wishlist ?
*Liste d'envies

Quand Edward Snowden, qui a révélé l'ampleur du système américain de surveillance, a contacté la cinéaste Laura Poitras en 2013, celle-ci a vu sa vie transformée en roman d'espionnage. Deux ans plus tard, elle a reçu l'Oscar du meilleur documentaire pour Citizenfour, en salles mercredi.

Tout a commencé lorsque le lanceur d'alertes Edward Snowden, ancien consultant de l'agence de renseignement NSA (National Security Agency), a donné rendez-vous à cette documentariste américaine dans un hôtel de Hong Kong en juin 2013.

Sans vraiment savoir à quoi s'attendre, elle s'y est rendue accompagnée de Glenn Greenwald puis d'Ewen MacAskill, journalistes du Guardian. C'est là, dans la chambre de Snowden, qu'elle a filmé pendant plusieurs jours le moment où le jeune homme a basculé sans possibilité de retour dans la notoriété mondiale.

La période "la plus risquée a été quand j'ai été le rejoindre à Hong Kong" avec Glenn Greenwald "et immédiatement après", se souvient-elle.

"J'ai pris des précautions extrêmes. J'avais un ordinateur séparé que je ne consultais que depuis des lieux publics. Je n'ai pas eu de téléphone portable pendant un an, car je ne voulais pas qu'on puisse me localiser ou écouter mes conversations", a-t-elle raconté à l'AFP lors d'un entretien à Los Angeles.

C'est cette période que raconte Citizenfour, titre en référence du pseudonyme utilisé par l'ex-prestataire de la NSA pour la contacter.

"La motivation de ce film était vraiment de raconter ce qui s'est passé et pourquoi il a pris de tels risques pour la démocratie, car la surveillance peut être utilisée contre les gens", souligne la réalisatrice de 53 ans.

Elle estime que les révélations de Snowden, qui ont valu à l'équipe de journalistes du Guardian et du Washington Post un prix Pulitzer, ont permis "aux gens de réaliser ce que le gouvernement fait pour collecter des informations, et cela a entraîné des changements concrets dans la technologie, l'utilisation en hausse du cryptage, les gens font plus attention à leurs données".

Mais "les agences de renseignement sont devenues hors de contrôle et il faut plus de garde-fous", dit-elle.

- Paranoïa -

"Les révélations d'Edward Snowden mettent au jour les menaces qui pèsent sur notre vie privée, mais aussi sur la démocratie. Les décisions qui ont le plus d'impact sur nos vies sont prises dans le plus secret", a dit Laura Poitras dimanche en recevant son Oscar.

Déjà récompensé par une brassée de prix, dont le Bafta du meilleur documentaire, Citizenfour, troisième volet d'une trilogie sur la "guerre contre le terrorisme" du gouvernement américain, a été coproduit par Steven Soderbergh et monté par la Française Mathilde Bonnefoy.

Ce documentaire coup de poing montre notamment Snowden en train d'expliquer à Laura Poitras, Glenn Greenwald et Ewen MacAskill le système Prism d'espionnage des communications et des données électroniques de la NSA.

Le film permet de voir la paranoïa du jeune homme aujourd'hui âgé de 31 ans envers les caméras, les téléphones. Les rideaux de sa chambre d'hôtel sont tirés, il se tend lorsque des bruits de travaux se font entendre. On le voit aussi expliquer ses motivations, angoissé de voir sa petite amie harcelée, coupable d'avoir fui les Etats-Unis sans la prévenir.

Le documentaire montre, plus tard, ses retrouvailles avec elle en Russie, alors qu'Edward Snowden, poursuivi par les Etats-Unis, est aujourd'hui réfugié à Moscou.

Les révélations d'Edward Snowden, qui ont choqué dans le monde entier, ont fait de Laura Poitras et Glenn Greenwald, qui a depuis quitté le Guardian pour le site The Intercept, des célébrités mondiales.

Pour la réalisatrice, le fait d'être devenu une personne mondialement connue représente "une arme à double tranchant".

"Il y a des gens qui peuvent me contacter avec des projets qui ne l'auraient pas fait avant, mais d'autres qui m'auraient contactée parce que j'étais relativement peu connue du grand public, comme Snowden l'a fait, et qui pourraient maintenant penser que je suis trop en vue", explique-t-elle.

Source : AFP

Partagez et suivez-nous ! Navigation plein écran

Vous devez être inscrit sur Passion Cinema pour créer votre Wishlist*
La Wishlist ?
*Liste d'envies

Note des lecteurs : 5/5

Entre nous, vous en pensez quoi ? Cool, c'est bon à savoir ! Bof...on peut s’en passer

Commentaires

Envie de réagir ?

Inscrivez-vous pour laisser un commentaire...

Les dernières actus

 
Replier le menu
Afficher les dernières news
haut de page haut de page accueil

Identifiez-vous sur Passion Cinema

Créez un compteIdentifiants perdus