Photo de Ashley Judd à propos du  film cinéma Ashley Judd et publiée le 24 Avr. 2015 à 09:50:59

Actu cinéma sur Ashley Judd et Katie Couric.

Par Fabrice Laroche - Publié le dans Actus Cinéma > Stars & Cinéma Ashley Judd : elle reproche à Twitter sa faiblesse face à la violence faite en ligne- Note 0/5 (aucun vote) - 1233 lecteurs.

Partagez et suivez-nous ! Navigation plein écran

Vous devez être inscrit sur Passion Cinema pour créer votre Wishlist*
La Wishlist ?
*Liste d'envies

Ashley Judd espère entrer par la grande porte sur le sujet de la violence faite en ligne en prenant position et en s’exprimant sur le sujet pour la première fois.

"Nous parlons d'êtres humains - Je suis un être humain et les personnes qui commettent des abus le sont aussi, et le problème fondamental est la déshumanisation des autres", a-t-elle déclaré à la  modératrice Katie Couric, lors du Sommet mondial des femmes 2015 qui se tenait au David H. Koch Theater de New York City.

L'actrice, fan de longue date de l’équipe de basket-ball des Kentucky Wildcats, a été sauvagement attaquée sur les médias sociaux (@AshleyJudd) le mois dernier, après avoir commenté que l’équipe des Razorbacks de l'Arkansas ont "joué salement", lors du match de championnat de la SEC.

Ashley Judd a depuis supprimé le tweet, écrit un éditorial sur le sujet, et a embauché une entreprise de médias sociaux pour "nettoyer" ses comptes Twitter et Facebook de cet abus, y compris, a-t-elle déclaré à Katie Couric, "des images pornographique m’impliquant, menaçant d'éjaculer sur mon visage... Par ailleurs, cela n’arrive pas à Jack Nicholson !"
"Le patriarcat est un système", a déclaré Judd à Couric. "Ce n’est pas les garçons et les hommes, c’est un système auquel nous participons tous, même moi parfois... mais c’est constamment une invitation à contester ma propre pensée."

La journaliste américaine <strong>Katie Couric</strong>
Ci-dessus, photo de la journaliste américaine Katie Couric (@katiecouric).

Ashley Judd, qui a déclaré à Couric qu’elle est "encore novice sur ce sujet", a également signalé qu'elle est au milieu d'une action en justice contre ses persécuteurs. Le cabinet d'avocats qu'elle a engagé est maintenant occupé à catégoriser chaque morceau de discours de haine par le fait qu'ils soient pornographique ou menaçant, et quels aspects de la personne d’Ashley Judd sont visés - son sexe, sa race, son âge, sa famille, etc. "Je peux désormais mieux voir ceux qui sont le plus passibles de poursuites", a-t-elle expliqué. "Dire que vous voulez me b... à mort est passible de poursuites, et c’est là où je veux agir."

Après avoir reçu ces menaces, Judd a appelé la police. "Je pense que c’est le premier appel de ce genre que le département du shérif  du comté de Williamson ai jamais reçu", a-t-elle dit, notant que la réponse du ministère était louable : "Il était très aimable et je me sentais très protégée pour une fois."

Le compatriote panéliste d’Ashley Judd et procureur général de Californie Kamala D. Harris, a appelé à une plus large adoption de la technologie par le gouvernement, ce qui lui permettra de traiter adéquatement de tels cas et aussi de se familiariser avec les espaces dans lesquels ils se produisent.

"Cela n’arrivera pas assez vite si cela se fait de manière organique", a déclaré Harris. "Nous ne pouvons pas attendre jusqu'à ce qu'ils le découvrent par eux-mêmes".

La directrice exécutive du magazine Feminist Frequency, Anita Sarkeesian, a affirmé de son côté : "Nous n’avons pas à l’accepter, et nous n’avons pas non plus à larguer notre humanité afin d’y participer."

L’écrivain du New York Times Magazine Emily Bazelon a expliqué ce que les entreprises de haute technologie font à ce sujet : "Plus tôt cette semaine, Twitter a élargi sa définition de ce  qu’est une ‘menace’ afin de minimiser les abus, et la société est en train de travailler sur un algorithme pour surveiller l'activité de son réseau et mieux comprendre quelles mesures punitives seraient les plus efficaces. "Je serais vraiment curieuse de voir si Twitter donne suite à leurs promesses, et de voir quel genre de pression est mise en place sur les autres entreprises", concluait Emily Bazelon.

Ashley Judd, cependant, n’est pas satisfaite de la plate-forme : "Quand j’étais assise là, essayant de faire un rapport à Twitter, la méthode qu'il m'a été donné était donc inadéquate, et sous-représentait l'expérience que j’en ai eu, et cela a été démoralisant à chaque fois que j’ai eu une réponse automatique de la part de Twitter."

"Par ailleurs, je tiens à faire pression sur eux en ce moment. Je suis réellement offensée qu'ils ne m’ai pas tendu la main, je me suis vraiment sentie comme un fruits pourri."

Facebook, Wikipedia, Instagram et YouTube ont toujours été parmi les autres plates-formes désignées comme espaces d'abus. "Vous perdez vraiment votre foi en l'humanité lorsque vous passez un peu de temps en ligne", a déclaré Katie Couric.

Malgré ses expériences, Ashley Judd n'a pas l'intention de reculer devant les médias sociaux. "Je veux rester sur Twitter parce que je veux être connectée et réelle", a-t-elle expliqué la voix tremblante, alors qu'elle se rappelait d‘un message spécifique qui l’avait bouleversé.

"Quand cela a été vraiment le premier tweet à me salir, il y a eu un tweet de quelqu’un qui me défendait et que j’ai reçu : ‘arrêtez votre discours de violence envers les filles et les femmes,  allez-vous faire f...".
"Le tweet disait aussi : 'Poignante, courageuse et précieuse', a déclaré Ashley Judd, "Donc, qui que vous soyez, je vous remercie".

Source : Hollywoodreporter

Sur Twitter : @AshleyJudd, @katiecouric

Partagez et suivez-nous ! Navigation plein écran

Vous devez être inscrit sur Passion Cinema pour créer votre Wishlist*
La Wishlist ?
*Liste d'envies

Note des lecteurs : 0/5

Entre nous, vous en pensez quoi ? Cool, c'est bon à savoir ! Bof...on peut s’en passer

Commentaires

Envie de réagir ?

Inscrivez-vous pour laisser un commentaire...

Les dernières actus

 
Replier le menu
Afficher les dernières news
haut de page haut de page accueil

Identifiez-vous sur Passion Cinema

Créez un compteIdentifiants perdus